Clause de paiement – Exemple modèle type

0
0

Sommaire : Modèles de Clauses pour contrat

Si les délais de paiement des factures sont imposés par la loi LME, qu’en est-il des contrats internationaux ?

A noter : dans le cas d’un particulier contractant avec un professionnel, ni les pénalités de retard ni les délais de paiement ne sont imposés par la loi. Les parties sont libres de fixer les conditions de règlement. En pratique, ce sont les Conditions Générales de Vente (CGV) du professionnel qui s’appliquent si acceptées par le particulier qui achète le bien ou la prestation.

A quoi ça sert ?

Les délais de paiement découlent de l’article 441-6 du Code de Commerce (la fameuse Loi LME également appelée Loi de Modernisation de l’Economie) qui ne s’applique qu’entre professionnels (pas avec un particulier) et nous dit que « le délai convenu entre les parties pour régler les sommes dues ne peut dépasser quarante-cinq jours fin de mois ou soixante jours à compter de la date d’émission de la facture ». A défaut de précision dans le contrat « le délai de règlement des sommes dues est fixé au trentième jour suivant la date de réception des marchandises ou d’exécution de la prestation demandée ».

On peut donc fixer moins, voire un paiement comptant (immédiat), mais pas plus de 45 jours fin de mois à compter de la date d’émission de la facture ou 60 jours à compter de la date d’émission de la facture. Et si rien n’est prévu, c’est 30 jours (l’article 289 du Code Général des Impôts nous précise que « la facture est, en principe, émise dès la réalisation de la livraison ou de la prestation de services »).

Délais de paiement à l’international

Là, c’est plus compliqué et pas très clair. En résumé, il faut voir si le partenaire français impliqué dans des délais de paiement plus longs que 441-6 va bénéficier d’un avantage concurrentiel par rapport à ses camarades. Les DOM COM ne sont pas l’international, mais pendant qu’on y est, il y a des délais spécifiques.

Intérêts de retard et indemnité forfaitaire

Entre professionnels, L441-6 précise également que « sauf disposition contraire qui ne peut toutefois fixer un taux inférieur à trois fois le taux d’intérêt légal, ce taux est égal au taux d’intérêt appliqué par la Banque centrale européenne à son opération de refinancement la plus récente majoré de 10 points de pourcentage ». Et il ajoute : « tout professionnel en situation de retard de paiement est de plein droit débiteur, à l’égard du créancier, d’une indemnité forfaitaire pour frais de recouvrement, dont le montant est fixé par décret ». En résumé : tout retard de paiement entraîne de plein droit une pénalité de retard, que les parties peuvent fixer librement mais qui ne doit pas être inférieure à 3 fois le taux d’intérêt légal, et le retard entraîne également l’application de plein droit d’une indemnité forfaitaire de 40 Euros (ce montant est dans le décret n° 2012-1115 du 2 octobre 2012).


Clause Conditions de paiement – Modèle (à titre indicatif)


Article 7 – Conditions de paiement

Le Prestataire (ou : le Vendeur) émettra la facture correspondant à la rémunération de la Prestation (ou : au prix du Produit) dès la réalisation de la Prestation (ou : dès la livraison du Produit).

Le paiement de cette facture devra intervenir dans les trente (30) jours à compter de la date d’émission de ladite facture par virement bancaire sur le compte suivant :

[Coordonnées du compte bancaire à insérer]

Il sera appliqué sur toute somme non payée à son échéance une pénalité calculée sur la base d’un taux égal à trois fois le taux d’intérêt légal, ainsi qu’une indemnité forfaitaire de 40 Euros.

0
0